Tortue à oreilles rouges – Trachemys scripta elegan

Cette tortue d'eau douce (Trachemys scripta elegans) est originaire de la vallée du Mississippi, aux États-Unis, et, en raison de sa grande popularité comme animal d'aquarium et de jardin aquatique, s'est établie dans des habitats indigènes de nombreuses régions du monde entier. Les tortues à oreilles rouges sont très robustes et leurs petits grossissent très rapidement. Elles se nourrissent généralement de plantes aquatiques et de divers insectes, mollusques et crustacés, vers et poissons de petite taille. Elles préfèrent les lacs, les cours d'eau et les marécages qui leur offrent de bons endroits pour se chauffer au soleil, comme des roches, des branches et des nids d'oiseau.

Trachemys scripta elegan

© Photo : Kelly Riccetti - riccettik@seapine.com

Une fois établies, les tortues à oreilles rouges sont réputées pour livrer concurrence aux tortues aquatiques indigènes pour les sources de nourriture. Elles sont une importante source de préoccupation environnementale du fait que, lorsqu'elles se chauffent au soleil sur des nids d'oiseau, elles poussent les nids dans l'eau, ce qui tue les oeufs. Elles sont aussi reconnues pour être prédatrices de jeunes oiseaux.

Le commerce des animaux de compagnie et des aquariums est la principale source de propagation des tortues à oreilles rouges. Elles sont élevées commercialement dans des fermes aux États-Unis depuis les années 1970 et sont considérées aujourd'hui dans le monde entier comme les tortues les plus populaires à garder en captivité.

Le relâchement des tortues adultes par leurs propriétaires dans les cours d'eau locaux est une autre méthode de dispersion importante. Bien que certaines méthodes de contrôle physique puissent être utilisées pour endiguer leur multiplication, comme des trappes flottantes, ces méthodes peuvent également avoir une incidence sur les autres espèces qui se trouvent dans le même habitat.

De nombreux pays ont interdit l'importation de cette espèce à titre préventif, mais la prévention des relâchements accidentels dans l'environnement demeure une méthode efficace de contrôle de leur propagation. Il s'agit de ne pas évacuer les tortues dont on ne veut plus dans les cours d'eau indigènes, ou encore, de les retourner ou de les donner à une animalerie, à une école, à un autre amateur d'aquariophilie ou de jardins aquatiques, ou à une organisation locale qui pourront leur trouver un nouveau foyer.

Pour obtenir des renseignements plus détaillés sur cet animal aquatique envahissant, communiquez avec :

Global Invasive Species Database.